ReOpenZandvoort

mars 13, 2012

Lien Coral/Zandvoort

Classé dans : Articles Zandvoort — reopenzandvoort @ 3:54

260 pages sur les réseaux viennent d’étruite le 8 décembre 2006 par piratages,  cette page détruite une deuxième fois ce 11 décembre 2006, donc plus senssible que toutes, s’agissant d’un magistrat français déculotté pour abuser d’un enfant de 11 ans…

Coral/Zandvoort

C’était en 1982, à l’époque où les écrivains publiaient des romans de leurs amours avec “des enfants consentants”, dans un langage ampoulé, en rimes, comme si cela pouvait effacer leurs crimes. Le Coral était part d’un mouvement visant à faire reconnaître “le droit à la différance, à la tendresse et à la caresse” de vieux cochons en érection à des enfants psychotiques et autistes.

Fils de parents malades, Jean-Claude Krief avait été placé en institution, mais il n’avait pas apprécié l’amour visible dont il avait été imposé à consentir.  Il avait 21 ans et rencontra Willy Marceau, un jeune écrivain et maquereau d’enfants qui lui fera découvrir le Coral, à Aimargues, un ravissant village du Midi de la France. Le mot de passe pour y rentrer  était d’avoir lu “Visiblement, Je Vous Aime” de son fondateur, Claude Sigala, également cinéaste.

Jean-Claude Krief  passa l’épreuve du livre et s’y infiltra, en tant qu’éducateur pour les enfants malades. Il vit un défilé de l’internationale pédo-socialiste, les jeunes patients “soignés” par des ministres en place où à devenir, ainsi que par une bande de dandys pervers.  Ils abusaient tranquillement de ces enfants, assurés de leur silence. Jean-Claude Krief découvrait une valise pleine de photos pédopornographiques, dont celle d’un magistrat déculotté en train d’abuser de l’infortuné Nordine, âgé de 11 ans et qui ne parlera jamais, s’il est encore en vie.  

Jean-Claude Krief dénonca l’affaire. Un total de 343 arrestations de personnes qui se rendaient au Coral pour y assouvir leurs perversités sexuelles était prévu. Des mandats d’arrêts étaient lancés, dont à l’encontre Sigala et Marceau qui furent inculpés, ainsi que les écrivains de Matzneff et Schérer. Trois ans plus tôt, dans la mouvance Tony Duvert,  journaliste du magazine pédophile “Gai Pied”, ils avaient témoigné que Jacques Dugué n’avait pas abusé d’enfants, mais qu’ils avaient eu des relations sexuelles consentantes.

Tous clamèrent leur innocence, sauf le magistrat qui resta silencieux, mais fut intouché. Le Capitaine Barril de la gendarmerie avait reçu alors instruction de stopper l’enquête du fait du nombre de personnalités : un ministre, un prix Goncourt, un rédacteur en chef et un chroniqueur du journal Le Monde, etc. Le dossier termina dans le garage du supérieur hiérarchique de l’enquêteur principal, avec celui de Kripten, un réseau satanique pédocriminel allié à la Belgique. 

Jean-Claude Krief apportera son dossier l’avocat Baduel, qui défendait une victime du réseau Kripten, car Willy Marceau avait prostitué le garçon. Kripten était allié par ses membres au réseau CRIES implanté dans les locaux de l’UNICEF à Bruxelles.  Toutefois, Baduel  introduira un dossier pour la défense du maquereau qui se disait victime du réseau, pour avoir dénoncé ses concurrents.

 

Comment le Coral est apparu allié au réseau Zandvoort

En 1998, seize ans plus tard, le Werkgroep Morkhoven, organisation de lutte contre les réseaux pédophile, avait retracé le réseau Zandvoort et apporté leurs archives à la police. Ils  enquêtaient sur la photo N°9, qui représente un adulte et un enfant tenant en main le pénis de l’autre. En rendant visite à une association suisse, Marcel Vervloesem, enquêteur principal du groupe, découvrait le dossier de Baduel et la photo de celui qui Krief disait être le magistrat. Dans les archives du réseau Zandvoort, des listes qui ont la particularité de nommer  une série de criminels alliés à l’affaire:

  • ·        Claude Sigala: code ‘S-24′.  Condamné dans l’affaire Coral
  • ·        Magazine “Gai Pied”: code ‘ECH*’ - de la mouvance Matzneff,
  • ·        Willy Marceau: code ‘27′. Condamné dans l’affaire Coral. Il sera également inculpé dans l’affaire C.R.I.E.S. avec Philippe Carpentier, ex amant du Pasteur Doucé.
  • ·        Jacques Dugué, ami de Matzneff et Scherer, était condamné à 30 ans de prison pour viol d’enfants. Il possédait quarante vidéos pédophiles et en faisait commerce avec Dutroux.
  • ·        Pasteur Doucé: code ‘*GR’. (Christ Libérateur), en charge des abonnements de “Gaie France magazine”, assassiné. Michel Caignet: code ‘ECH-5*’, directeur de “Gai France”, condamné dans le réseau Toro Bravo.
  • ·        Jacques Delbouille:code ‘32′, proche de Weinstein du réseau Dutroux (allié à la secte Kripten/Abrasax). Delbouille fut arrêté pour 15m3 de matériel pédopornographique chez lui.

 

Une gloire de la police belge cherche à blanchir la magistrat

Il lui faudra deux ans aux autorités belges pour communiquer que la photo N°9 aux autres services de polices. Mais il ne lui faudra pas 2 heures à l’inspecteur Zicot pour répondre que l’adulte figurant sur la photo N°9 serait Marcel Danze, un exploitant de vidéo club connu dans le milieu de la prostitution de Charleroi.

Scotland Yard est formel: Danze n’est pas l’homme de la photo n°9, ce qui pour d’autres, se voit du premier coup d’oeil. Les calvities des deux hommes ont des naissances différentes. L’un a besoin de lunettes, l’autre pas. L’un ressemble à un magistrat, l’autre à une fripouille.

George Zicot sera innocenté d’accusations de faux, usage de faux et escroquerie dans le cadre du réseau Dutroux. Spécialiste du vol de voiture, il était intervenu à plusieurs reprises à la faveur de la bande de Marc Dutroux. Il était accusé d’avoir orienté les soupçons de fraude à l’assurance envers des ennemis de service alors qu’il avait reçu des informations mentionnant Dutroux; d’avoir oublié d’avertir sa hiérarchie de faits importants dans le cadre d’affaires dans lesquelles Dutroux était soupçonné et d’avoir protégé celui désigné pour avoir “évacué” la voiture dans laquelle ont été enlevées Julie et Melissa.

L’inspecteur Georges ZICOT n’aura jamais à expliquer pourquoi il s’est tant empressé à vouloir blanchir ce magistrat avec une fausse piste aussi magistrale et il a été promu de l’ancienne police judiciaire de Charleroi, en tant que commissaire police fédérale de Bruxelles.

 

2005-2006, les fausses pistes se multiplient

L’avocat Baduel dira que Jean-Claude Krief était mort de mort naturelle, emportant avec lui le secret de son dossier et que son frère s’était réfugié dans un kibboutz en Israël. A l’opposé, le comité de soutien du magistrat assure que les frères Krief auraient été des agents spéciaux des services secrets français qui auraient, avec l’aide de la brigade des stupéfiants et du proxénétisme, fait un montage pour embêter un honnête magistrat qui lutte contre la pédophilie. Pour résumer leur version : Jean-Claude Krief aurait confondu l’institut pour enfants psychotiques et autistes à un quartier général socialiste ; les services secret l’auraient payé pour aller acheter des photos pédo-pornographiques dans des sex shops en Belgique et en Hollande. Son frère et lui se seraient inscrits au parti socialiste et chez les “autonomes”, un groupuscule communistes violents, pour espionner l’un et manipuler l’autre, ce qui aurait mené non pas à la mort naturelle de Jean-Claude, mais au suicide de son frère Michel, en plein scandale.  Les services secrets, suspectés d’avoir assassiné Michel, auraient alors payé un billet d’avion à Jean-Claude afin qu’il puisse se réfugier en Israël. Rien de très logique.  

En revanche, la mort tragique de Michel était susceptible de plonger toute la famille Krief dans un suicide collectif, ce qui aura pu inciter Jean-Claude  à rétracter ses accusations. L’étonnant est qu’il se serait volontairement rétracté en prison, dans un langage ampoulé et avec une orthographe qui ne lui appartient pas, ce qui est démontré par des lettres de sa main. On constatera pourtant que ce ne sont pas les officiers des services secret, ni les bouillants jeunes communistes qui se laissaient photographier tout nu en abusant des enfants, mais bien un juge de la jeunesse allié à tout ce qui a de plus pompeux dans le gouvernement et la magistrature française.  

Le comité de soutien du magistrat est scandalisé de la dénonciation de cet homme dont nul n’ose sortir le nom, de peur de voir sa famille suicidée et se retrouver en prison.

Sources:

enhttp://fr.msnusers.com/Lapressebelge/coral.msnw

http://pedopitchoun2.blogspace.fr/1017778/Le-Magistrat-Francais-Deculotte/

generiert in 0.077 Seconds. | Powered by Blogvie.com


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 15 articles | blog Gratuit | Abus?